Archives mensuelles : août 2017

Bienvenue aux perruches à collier

Traitez bio avec des coccinelles et de la bière :

Les Jardiniers du Potager du Roi, au Château de Versailles, ont mis au point quelques procédés assez simples pour venir à bout de certains ennemis des plantes de nos jardins :

Pour lutter contre les pucerons, servez-vous des coccinelles, qui en sont friandes. Pour cela favorisez leur reproduction en confectionnant un abri consistant en un pot de fleur en terre (Ø 8 à 10), que vous bourrez d’un bouchon de paille ou de foin, le tout enveloppé dans un filet à mailles serrées en plastique, que vous suspendez ensuite, le petit trou en l’air, dans un arbre ou contre un mur abrité du soleil. Vous aurez créé ainsi un élevage de coccinelles.

Pour lutter contre les limaces, offrez leur de la bière dans des gobelets en plastique que vous enterrez pour que le bord soit à ras du sol. Il faut compter un « piège à bière » tous les 3 m environ. La mort dans la béatitude garantie.

Favorisez la reproduction des oiseaux utiles :

Il existe une grande variété de nichoirs, en fonction des dimensions et des habitudes des oiseaux. Si vous voulez « faire simple » et très utiles, orientez-vous vers les mésanges, grandes destructrices d’insectes et de chenilles mais qui respectent vos salades et vos cerises…

Une boîte de 10×10 cm et 20 cm de hauteur suffira, avec un trou de 25 mm à 8 cm du sommet. Pourquoi 25 mm ? parce qu’à 26-27 mm c’est le moineau qui entre et, à partir de 32 cm, l’étourneau (qui n’a pas besoin que l’on favorise sa reproduction). N’oubliez pas de mettre un toit débordant à 2 pans sur le dessus. Suspendez le nichoir ou accrochez le à un endroit où les chats ne pourront pas accéder.

Notre faune locale s’enrichit :

Nous connaissions la Tourterelle Turque qui, venant de l’Est, nous a envahi depuis l’après-guerre et qui concurrence la tourterelle des bois dans ses biotopes mais, maintenant la nouvelle venue nous arrive de contrées plus exotiques. La Perruche à collier est originaire d’une très vaste zone qui couvre l’Afrique centrale , l’Afrique orientale et va jusqu’à l’Inde. Il s’agit d’un oiseau de couleur verte avec un bec rouge, de 40 cm de long, qui a un chant très strident. Il a été aperçu à la Vallée au début de l’Automne et confondu d’abord avec un rapace du type épervier mais sa couleur verte nous a permis de l’identifier parmi les « psittacidés ». Les perruches à collier vivent à l’état sauvage depuis 1970 dans la banlieue londonienne. Quelques sujets ont été repérés ces dernières années à Triel.

Anmaux Londres

Londres et les animaux

On les savait déjà gaga de leurs animaux domestiques, on ne se doutait pas à quel point. Les Britanniques peuvent désormais acheter de l’eau minérale spécialement conçue pour leurs chiens, chats, hamsters, canaris, serpents et lézards domestiques.

La marque américaine bien nommée PetRefresh est distribuée par la firme écossaise Scot Pet Foods dans les magasins spécialisés du pays. D’après son directeur général, John Romanes, «nous avons déjà vendu 100 000 bouteilles». L’eau minérale, «sans additifs chimiques», se décline en plusieurs parfums : poulet, persil ou encore maquereau (spécial chat). A 8 euros les deux litres, PetRefresh promet de «combattre l’haleine parfois fétide de nos chers amis rampants ou sur pattes». Un coût somme toute modeste si l’on considère le budget annuel dépensé par les Britanniques pour leurs petits compagnons à poils, à plumes ou à écailles : plus de 3,5 milliards de livres sterling (5 milliards d’euros), selon l’institut de statistiques Mintel.

Mauvaise conscience. Selon ce même institut, l’une des motivations à l’achat de gâteries et autres gadgets animaliers vient de la mauvaise conscience des maîtres. Ceux-ci «dépensent beaucoup d’argent pour leurs pets afin de compenser le fait qu’ils ne passent pas beaucoup de temps avec eux. Une façon de soulager leur conscience et se sentir moins coupables». Résultat, à Noël, le budget cadeau par animal avoisine les 30 euros. Autre incidence, chiens et chats de Grande-Bretagne sont, «dans leur grande majorité, obèses car trop pomponnés». Comme leur maître, disent les mauvaises langues.

Mais l’excentricité britannique ne s’arrête pas à l’eau minérale pour pets. Saviez-vous qu’il existe à Londres des classes de yoga, pardon, de «doga» pour maîtres et chiens ou chats ? Objectif : calmer les agités. «Les animaux domestiques et leur maître respirent de façon vraiment synchrone, c’est étonnant et touchant», explique Dan Thomas, thérapeute pour animaux et adepte du doga.

WC pour chats. Grâce à l’inventeur américain Kevin Rymer, les Britanniques à la recherche de l’harmonie ultime entre humains et félins peuvent également partager leurs WC avec leur chat. Le Feline Evolution Catseat s’adapte parfaitement à la lunette des toilettes : plus de litière ni d’odeur désagréable. Autre trouvaille et autre invention américaine prisée des Anglais, les doggles, lunettes de soleil pour chiens, indispensables pour protéger leurs yeux des rayons du soleil. «Et en plus, avec ça sur le museau, ils ont l’air cool. Je lui ai pris des lunettes rose fluo pour aller avec mon tee-shirt préféré», commente la petite Samantha, fière propriétaire d’un fox-terrier à lunettes du nom de Doggie.

Programmes télé. Les Britanniques ont pu aussi, pendant toute une semaine au mois de juin, installer leurs pets devant des programmes de télé spécialement conçus pour eux… par la BBC. La série, Test your pet, consistait à «évaluer leur intelligence et leur qualité d’écoute». Présentées par une vedette du petit écran, l’Australien Rolf Harris, ces émissions «pédagogiques et scientifiques» bénéficiaient du concours de Tim Guilford, professeur d’Oxford et expert en comportement animal.

Enfin, depuis la fin du mois d’août, la page nécrologique du très sérieux Daily Telegraph a ouvert ses colonnes à la mémoire de nos chers petits disparus. Coût de l’opération : l’équivalent de 25 euros la ligne. Strictement le même tarif que pour les humains.